Archives mensuelles : January 2010

Mandriva 2010.0 : Carte réseau Broadcom non détectée

La semaine passée j’ai du installer une nouvelle machine pour un salarié de notre entreprise. Comme c’était quelqu’un de notre service technique, il avait e choix entre la Mandriva 2010.0 et Ubuntu 9.10 comme OS et son choix s’est porté sur la Mandriva. J’ai donc lancé l’installation sur le Dell Vostro 430 fraichement commandé. Je n’ai rencontré aucun souci lors de l’installation mais une fois redémarré sur le système tout neuf, je me suis retrouvé sans réseau ce qui n’est pas très pratique. En voulant paramétrer le réseau avec l’outil Drakconf, j’ai eu le droit à un message d’erreur m’indiquant que le driver Broadcom n’avait pas été chargé et que c’était le tg3 qui était utilisé. La carte installée est la suivante : “Broadcom Corporation|NetLink BCM57780 Gigabit Ethernet PCIe”.

Impossible de trouver l’interface réseau pour le périphérique sélectionné.
Utilisation du pilote tg3

On se demande alors ce qui peut bien se passer. En analysant les logs on obtient diverses informations, par exemple dans le dmesg :

tg3.c:v3.99 (April 20, 2009)
tg3 0000:02:00.0: PCI INT A -> GSI 16 (level, low) -> IRQ 16
tg3 0000:02:00.0: setting latency timer to 64
tg3 0000:02:00.0: PME# disabled
tg3 mdio bus: probed
eth%d: No PHY devices
tg3: Problem fetching invariants of chip, aborting.
tg3 0000:02:00.0: PCI INT A disabled

Pourtant en regardant la détection du matériel, la carte est bien vue. Après quelques recherches et l’aide d’habitués du salon de discussion mandrivafr sur freenode, la commande suivante permettait de corriger le souci et donc de paramétrer notre réseau :

rmmod tg3; modprobe broadcom; modprobe tg3

Malheureusement cela n’était pas conservé lors des redémarrages machine. La solution pour que la paramétrage de la carte réseau soit conservé malgré des redémarrages de la machine est donc de rajouter la ligne suivante à la fin du fichier /etc/modprobe.conf :

install tg3 /sbin/modprobe broadcom; /sbin/modprobe –ignore-install tg3

Merci ) erwan_ho et pterjan du chan mandrivafr pour leur aide sur ce souci, en espérant que cela vous sera utile. Et avant que certains collègues viennent troller sur ce point, il ne s’agit pas d’un roblème lié à la Mandriva, mais à un souci d’upstream, c’est à dire de kernell présent sur diverses distributions comme fedora ou redhat (Bug 525966 – BCM57780 Not Detected). Un rapport de bug a bien spur été saisi auprès de Mandriva ( 57261 ).

Pétition contre les brevets logiciels

Une pétition que je vous invite à signer pour les droits d’auteurs sur les logiciels mais conter les brevets. En effet Il est normal de la juste rétribution des développeurs, concepteurs, et c’est pourquoi le droit d’auteur existe, même pour les logiciels. En revanche les brevets logiciels, comme aux états-unis, ne font que rendre difficile l’innovation dans un milieu qui se doit de rester réactif. On constate même que la plupart du temps les brevets logiciels ne sont pas forcément accordés aux créateurs mais à des tiers et il est si facile d’ignorer l’existence de brevets … Enfin bref, je vous invite à lire ce qui est expliqué sur le site en lien ci-dessous, et à signer la pétition 🙂

stopsoftwarepatents.eu petition banner

Firefox et les extensions (plugins)

Alors je ne vais pas faire tout un laïus sur les extensions Firefox mais simplement une rapide présentation pour ceux qui ne connaitraient pas. Ce que nous appelons extensions ou plugins complémentaires sont en fait des petits greffons, bout de programme, qui vont permettre de rajouter des fonctionnalités à notre navigateur favoris.  Cela peut permettre d’intégrer une correction orthographique avec les formulaires web, une option pour connaitre la couleur (plus exactement le code couleur) utilisé sur certains sites ou dans certaines images, traduire l’interface en Borg Borg (oui nous n’avons jamais dis qu’elles seraient toutes utiles 😉 ), et j’en passes … Je vais pour le moment me contenter de vous présenter celles que j’utilise actuellement, sachant qu’il en existe pas mal d’autres et qu’il est possible de les consulter sur la page des extensions de Firefox. Les modules sont manageables à travers le menu “Outils – Modules Complémentaires” (en tout cas sur ma Ubuntu, mais c’est bien souvent très proche d’un système d’exploitation à l’autre 🙂

Adblock Plus : Un des plu connu et des plus pratique, il permet de bloquer, supprimer la majorité des publicités sur Internet. J’ai jamais été un grand fan de la publicité, mais encore moins ces dernières années avec cette volonté très répandue de monétiser au maximum la toile. Ce plugin va donc vous permettre de supprimer énormément de pubs sur les sites et de surfer bien plus tranquillement, voire même plus rapidement.

ColorZilla : Un petit plugin assez sympathique dont l’utilité est de vous donner les codes couleurs sur des pages web. En effet il arrive que nous souhaitions connaitre les couleurs sur certains sites car elles nous plaisent, ou nous souhaiterions le sre-utiliser que ce soit pour créer un site web ou autre. Nous pouvons donc ici  placer un curseur sur l’espace voulu et en connaitre les codes couleurs.

Dictionnaire Hunspell en Français : Un dictionnaire et donc un correcteur orthographique intégré à votre navigateur afin de vous aider dans vos saisie de texte sur Internet. En effet nous sommes de plus en plus amenés à remplir des formulaires en ligne, à échanger sur la toile et parfois un correcteur orthographique est quand même bien utile pour éviter les coquilles dues à la frappes ou à notre étourderie. Nous pourrions aussi le considérer comme un moyen de lutte contre le langage SMS et l’appauvrissement de notre langue française (ou d’autres langages). Comme cela je suis vieux jeu ? :p

Diigo Bookmarks and Web Annotations : Un plugin que j’utilise plus pour mon travail et qui permet de soumettre des liens pour les partager avec la toile ou avec un groupe de connaissances, dans le même esprit que reddit. Pour illustrer mon propos je vous propose de visiter ma “page” ce qui sera peut-être plus parlant. Comme vous pourrez le voir j’y soumets des liens techniques ou en rapport avec le milieu médical pour mon travail, mais on peut ausi s’en servir pour partager rapidement des liens avec des amis ou avec le reste du monde. Le plugin permet aussi de mettre des annotations pour soi ou pour les autres utilisateurs de ce derniers sur le spages web directement, mais j’avoue ne jamais m’en servir et avoir même désactivé cette partie de ce dernier.

Firebug : Un des meilleurs ami des développeurs web qui permet de débugger sa page assez facilement en analysant tout ses composants que ce soit le code HTML, la feuille de style CSS, les scripts Javascripts et ainsi de suite. On peut même réaliser des modifications à la volée afin de tester différents paramètres et d’analyser ses soucis. Un incontournable donc 🙂

Flashblock : Un plugin pour bloquer tout les contenu flash mais non pour les supprimer. En effet que ce soit mon portable ou mon poste fixe, leur âge commence à jouer un peu en leur défaveur sur le net avec cette profusion de contenus flash sur tout les sites, qui sont très consommateurs en processeur ou en mémoire pour leur affichage. Nous pouvons donc ici bloquer tout ces contenu et les débloquer soit au coup par coup d’un simple clic, ou pour un site complet suivant nos besoins. Un moyen de nettoyer encore un peu plus la toile et de pouvoir surfer un peu plus vite 🙂

Web Developer : Un autre outil incontournable pour les développeurs web, qui vous permet aussi d ‘analyser tout les composants des sites web. Je dirais qu’avec Firebug cité plus hauts, ce sont vraiment deux outils nécessaires.

FlashGot :Un plugin pour pouvoir télécharger les vidéos flash sur différents sites. Il fonctionne comme un aspirateur de site afin de récupérer les .swf, .fla et autres fichiers flash pour les utiliser en local ou sur d’autres espaces web.

Flash Video Ressources Downloader : Un autre plugin pour essayer de récupérer les vidéos flash. J’avoue me servir plus du précédent.

Voici donc pour ma sélection actuelle. il est vrai que j’en ais utilisé bien d’autres mais actuellement je me limite à cette liste. Les plugins et autres outils ne sont bien sûr pas limités à Firefox et il est possible d’en avoir énormément avec Google Chrome aussi. Mais étant donné que je commence à douter un peu de ce Big Brother (que voulez-vous, 1984 reste de l’anticipation pour moi 😉 ), je me contente de me servir de leur navigateur une fois de temps à autre comme ça, sans plus de prétentions. Si vous voulez plus d’informations de ce côté je vous invites à faire une recherche sur un moteur de recherche ou à visiter l’un de ces deux sites :

Pour Internet Explorer c’est un peu plus délicat. En effet ces extensions sont venues sur le tard et le navigateur ne les avait pas intégrées par défaut. Je n’ai donc encore jamais testé dessus mais il existe bien sûr des barres de debugging pour le développement web, ou d’autres outils. Je vous laisse par contre chercher par vous même 🙂

Annonce Arc en Conte & Nouveau Thème

Comme vous avez pu le constater le thème à changé (Si vous utilisez le flux RSS pour suivre ce Blog, venez donc faire une rapide visite 🙂 ). Bien qu’ayant apprécié l’ancien, pas mal de choses me gênait et en attendant d’avoir plus de temps pour tester des modifications sur les CSS ou sur le code du thème, j’ai pu en trouver deux autres assez sympathiques. Le premier étant déjà utilisé par le frère de Stormi pour son blog j’ai opté pour celui-ci. En effet j’aimais bien son aspect, et il n’est pas très loin de ce que j’aimerai à terme. Je ne dis pas que je le conserverai très longtemps mais j’ai envie de tenir quelques temps avec 🙂 Nous verrons bien de quoi demain sera fait 😀

Une annonce que je souhaitais faire aussi, c’est la mise en ligne du site de Arc en Conte. Basé sur une base WordPress, il permet à Agate de présenter son activité de conteure (comme elle le dit, à la Quécoise). Alors si vous cherchez une racontée, ou voulez organiser un évènement autour du conte, n’hésitez pas. Et sinon visitez quand même son site car en plus des informations sur les activités qu’elle propose, vous trouverez des contes à lire, des exercices de diction et ainsi de suite.

image pour http://arc-en-conte.com

Je suis vraiment heureux que ce site soit en ligne et je souhaite beaucoup de succès à Agate dans cette activité 🙂 Et si vous en avez l’occasion,allez donc l’écouter pour qu’elle vous guide sur les chemin de l’imaginaire et de la culture orale 🙂

Utilisez SQL Developer avec MySQL via JDBC

Bon je mentirais si je disais que j’utilise énormément cet outil. Je l’ai découvert l’année passée lors d’un cours du CNAM sur la gestion des bases de donnée qui était très orienté Oracle. Tellement que j’ai du installer une base Oracle à la maison sur une machine virtuelle pour travailler (oui hors de question que je pollue ma propre machine 😉 ). Personnellement je n’ai pas été conquis par cette interface, je préférais Toad que ce soit pour Oracle ou pour MySQL (cette dernière est d’ailleurs gratuite).  Et j’avoue que depuis quelque temps je me contente bien souvent d’utiliser les outils de MySQL directement comme MySQL Workbench et le fameux SQL Query Browser. Enfin là n’est pas le propos de cet article, sinon je vais mettre un temps assez important pour tous les décrire.  Je vais donc ici tout simplement expliquer comment utiliser un connecteur JDBC afin de pouvoir utiliser SQL Developer (qui est en Java) avec une base MySQL. Le connecteur JDBC va vous permettre de créer un lien entre votre système et l’application Java. Je vous invite dans un premier temps à télécharger SQL Developer sur le site de Oracle, et le driver JDBC sur le site de MySQL. Dans les deux cas il vous faudra vous créer un compte mais c’est gratuit, sans engagement 🙂 Une fois les deux fichiers zip téléchargés, décompressez les à votre guise. Personnellement j’ai préféré décompresser SQL Developer dans “Program Files” et le driver JDBC dans le répertoire MySQL où j’avais déjà l’ODBC et les autres produits de cet éditeur. Si vous n’en avez pas, je vous conseillerais de le placer dans le dossier de SQL Developer afin de concentrer l’installation. Une fois cette action effectuée, lancez l’application. Si nous observons le panneau de création de connexion (cf illustration ci-dessous), nous voyons que nous sommes assez limités.

Nous allons donc rajouter notre connecteur JDBC pour augmenter nos choix. Cliquez sur Outils – Préférences (ainsi que illustré).

Puis naviguez dans les menus “Bases de données – Pilotes JDBC tiers”. Cliquez sur le bouton pour ajouter une entrée et allez sélectionner le jar correspondant dans le dossier où vous avez décompressé le driver JDBC. Dans mon cas c’est le dossier MySQL.

Une fois cette opération effectuée, si nous revenons sur notre panneau de création de connexion, nous pouvons nous apercevoir que nous avons un nouveau choix en sus de Oracle et de Access, c’est à dire MySQL 🙂

A vous maintenant de remplir les champs pour pouvoir vous connecter à votre base MySQL préférée avec cet outil. Voici deux images pour terminer pour illustrer rapidement cette création vers une base de test.

Et enfin, avec la base ouverte :

Rien de bien compliqué ici, juste une astuce qui bien sûr peut être utilisée ou adaptée pour d’autres applications nécessitant un lien JDBC 🙂