Archives mensuelles : July 2012

[Animé] Eureka Seven

Illustration Eureka Seven

Informations :
Titre original : Koukyoushi hen: Eureka Seven
Années de production : 2005 – 2006
Studio : Bones
Genres : Aventure, Cyber & Mecha, Science-Fiction
Auteur : Bones
Volumes, Type & Durée : 50 épisodes de 26 minutes

Synopsis :
Le jeune Renton vit dans la banlieue de Bellforest avec son grand-père. Abandonné par son père le célèbre Adrock Thurston, et indirectement par sa sœur aussi, qui a disparue, il passe ses journées à essayer de lifter les vagues de Trapar, dans une zone où elles sont ténues et rares. Considéré comme un original il partage donc son temps entre le lift, rêver de rejoindre Gekko State et son leader Holland, les pros du lifting, et travailler pour son grand-père qui tient un atelier de réparation de mécha dit LFO (Light Finding Operation). Sa vie se suit et ses rêves aussi jusqu’au jour où un LFO blanc s’écrase à proximité. Son opératrice, une jeune fille aux cheveux verts plait à Renton. Elle va demander l’aide du garage pour réparer son appareil. Malheureusement les militaires viendront s’en mêler, cet appareil faisant partie de Gekko State et étant le type Zéro, l’appareil originel, le Nirvash. Renton va se retrouver entraîner dans de nombreuses aventures à la recherche de la liberté, du lift, de lui même, de l’amour. Le seul leg de son père, un appareil nommé Amita Drive semble se combiner parfaitement au Nirvash et à l’appareil de Eureka. Leur association semble réveiller les capacités latentes du puissant mécha.

Illustration Eureka Seven : différents personnages

Avis personnel :
Même si j’ai fait une grosse pause au milieu de son visionnage, j’ai bien aimé cet animé. Il faut dire que me préparant à apprendre le surf cet été, j’ai beaucoup aimé tout le côté “surf” (lift) sur les vagues de “Trapar” et tous les thèmes annexes. En effet nous abordons les relations humaines, la rétrospective sur soi-même, l’écologie, la politique, … Un animé assez profond dans son ensemble. Au delà de ce point, j’avoue que les gros “mecha” avec une bonne grosse touche de science-fiction, c’est déjà de bonnes bases pour que je sois intéressé 😉 Les relations entre les différents personnages avec leurs blessures psychologiques, leurs envies et ainsi de suite m’ont séduites. En effet ils sont assez profonds et bien décrits, nous nous y attachons donc vite. Je vous invite donc à prendre de le temps de voir cet animé et n’hésitez pas à l’issue à vous intéresser à sa “pseudo” suite, à savoir Eureka Seven AO [Link].

Liens :

Florilège de templates (gratuits/libres)

Comme je l’avais fait par le passé, voici un florilège de quelques liens pour des ressources de type templates, designs. En effet bien qu’ayant commencé à apprendre les CSS, la mise en page et ainsi de suite, je n’ai pas toujours un goût esthétique très sûr. Cela ne me passionne pas non plus. Je préfère faire fonctionner que bien paraître. Heureusement pour moi d’autres c’est l’inverse et pas mal d’entre eux ont la gentillesse de partager leur travail. Il ne nous reste plus ensuite qu’à adapter suivant nos besoins, ce qui fait bien souvent gagner du temps pour créer des sites et ainsi de suite.

Bien sûr cette liste est loin d’être exhaustive. Bonne découverte des liens et n’hésitez pas à en partager d’autres en retour 🙂

 

[Street Art] De nouvelles images et surtout une grosse participation de Alan Clec’h sur la friche RVI

J’avais déjà fait un premier article [Link] sur le Street Art et mon album Picasa [Link] et je profite de nombreux ajouts pour en reparler aujourd’hui. En effet j’ai continué au fil des mois à ajouter des photos. Bon je n’ai pas pu tout mettre car bien souvent étant en voiture, je ne puis m’arrêter pour tout prendre en photo. Mais j’essaye, petit à petit, et surtout j’essaye de placer sur une carte de Lyon toutes les œuvres.


Afficher Street Art sur une carte plus grande

Carte d’origine sur PicasaCarte Google Map

Je n’ai pas encore trouvé comment transformer la carte intégrée à Picasa vers une carte Google Maps, mais j’ai pu exporter les informations. Seul souci, je devrais en partie écraser la carte Google Map lors des MAJ. Si vous connaissez des solutions ou tutoriels pour mieux faire, n’hésitez pas 🙂 Comme vous pouvez le voir cela commence à s’étoffer. Bon certaines œuvres ne sont plus visibles de par leur côté éphémère mais j’aime avoir pu être témoin de leur passage ici bas. N’hésitez pas à parcourir l’album et à partager si vous aussi vous en voyez des sympas. J’ai déjà un ou deux collègues qui m’en font passer quand ils passent devant et c’est toujours agréable 🙂

 

 

Aujourd’hui est aussi un grand jour car une part de l’histoire artistique côté art urbain de Lyon est en ligne avec l’album issu de la Friche RVI. Pour rappel cette ancienne friche industrielle a accueilli pendant plusieurs années de nombreux artistes [Collectifs Friche RVI] et a donc hébergé de très nombreuses œuvres. Fermée voici quelques années, cela avait d’ailleurs fait pas mal de bruit sur Lyon. A la fin de cet été 2012 il n’en restera rien, la friche ayant été re-conditionnée pour offrir de plus vastes locaux à la SEPR. Je remercie donc Alan Clec’h d’avoir partagé avec moi une partie de son travail. Il avait eu la possibilité de parcourir la Friche l’été passé et donc d’immortaliser certaines œuvres encore présentes. Aujourd’hui nous les partageons avec vous à travers ce second album sur le Street Art. N’hésitez pas aussi à visiter son site http://www.alan-clech.eu pour découvrir ses autres travaux. Cela mérite vraiment le détour. © Copyright Alan Clec’h pour toutes les images / photos de cet album, bien sur.

 

 

J’espère avoir le plaisir de parcourir aussi Berlin en sa compagnie, afin de découvrir le Street Art par là bas. Comme il y a déjà passé pas mal de temps, il pourra me faire gagner du temps, et m’aider à découvrir les œuvres hébergées dans cette capitale Européenne de l’Art Urbain. Et bon si j’arrive à y aller, je pourrais ainsi étoffer cette collection et ce partage. Bonne visite virtuelle en attendant 🙂

Nouveau partage de liens via Shaarli

Une de mes grandes tristesses avec les mises à jour des outils de Google l’année passée, fût la suppression de l’option de partage dans Google Reader pour ne laisse que Google+. Bon outre mon côté anti-“1984”, je cherchais depuis un moment un moyen de remplacer Google Reader. Je ne suis toujours pas convaincu par les différents logiciels ou interfaces de lectures de flux mais à défaut j’ai trouvé un outil me plaisant pour de nouveau partager les liens qui m’intéressaient. Et oui parfois il est des liens que je souhaite partager sans forcément faire un article dessus. Je viens donc de mettre en place un “Shaarli” [Link] de sebsauvage [SiteShaarli]. J’avais regardé du côté de Delicious ou de Diigo (que nous utilisions passé un temps au travail), mais je n’étais pas convaincu. De plus je ne trouvais pas cela simple ou intuitif. Alors qu’ici il y a un moyen pour, par simple clic sur un bouton, de partager un lien avec commentaires et tout cela depuis le navigateur. Pour plus d’informations je vous invite à visiter le site de Shaarli avec le lien ci-dessus, ou bien à vous référer au post [Link] de sebsauvage à l’époque où il a développé son outil. Ce que j’ai beaucoup aimé dans son outil est sa simplicité d’installation (pas de base de données), mais aussi d’utilisation.

Vous pouvez donc suivre mon partage de liens soit via le widget “PARTAGE RSS” dans la colonne de gauche, sous le widget GitHub, en allant régulièrement sur mon instance de Shaarli [Link] ou tout simplement en vous abonnant à son flux RSS [Link].

Bon j’avoue avoir passé un peu de temps pour pouvoir réaliser une migration de mon ancien flux vers Shaarli. En effet je souhaitais conserver mon historique. Actuellement Google propose encore de télécharger le flux au format JSON. Par contre Shaarli lui importe un fichier de type html comme les sauvegardes de favoris des principaux navigateurs (Netscape, Firefox, Chrome, …). Je me suis donc concentré sur les possibilités pour transformer le format JSON en HTML simplement. Dans mes recherches je suis tombé sur un article du site “Free Nuts” [Link] qui est assez intéressant quand on cherche le moyen de visionner les fichiers JSON. J’avais déjà testé sa solution numéro 3 [Link] qui m’indiquait que mon fichier était incorrect syntaxiquement parlant. En continuant de fouiller je suis tombé sur un Gist assez intéressant sous la forme d’un script en PHP permettant de générer un fichier HTML depuis un fichier JSON.

Bien sûr cela ne donne pas exactement le fichier que nous souhaiterions avoir, mais c’est déjà un bon début. Il est assez simple ensuite de le transformer manuellement avec son éditeur de texte préféré pour ressembler à un fichier de sauvegarde bookmarks d’un navigateur. Ayant du le faire j’ai souhaité contribuer en modifiant le script original afin d’obtenir directement le bon format. Voici donc ci-dessous ma contribution via Gits.

Dans son état actuel, quand vous avez généré la page, faites un clic droit et affichez le code source. Copier / coller ce dernier dans un document vierge avec le nom de votre choix (bookmarks-save.html par exemple). Ce fichier pourra s’importer dans Shaarli sans souci, ou dans un navigateur. Si vous passez par fichier / enregistrer sous dans le navigateur, vous aurez des balises HTML supplémentaires qui gêneront son importation. L’autre solution est, si vous avez enregistré avec la deuxième méthode, d’importer ce fichier dans votre navigateur, via le gestionnaire de marques pages, pour l’exporter de nouveau ensuite.

Je cherche toujours un moyen de me rapprocher du format issu de Firefox (ou autre navigateur affilié). Je sais qu’il m’en manque peu Si vous avez des suggestions d’améliorations à ce script, n’hésitez pas 🙂

[Littérature] Little Free Library

C’est en suivant un site sur le Street Art [Link] que j’ai vu passer l’information sur “Little Free Library”. Initialement cela n’était qu’une photo pour moi (cf. ci-dessous), mais j’ai trouvé l’idée tellement amusante que j’ai fait une recherche. Et il se trouve que c’est un projet déjà bien développé, même si il n’est pas arrivé jusqu’en France (pour le moment).

Picture of a little free library in the snow

L’idée est vraiment séduisante. J’avais déjà entendu parler du Bookcrossing [WikipediaBC France] sans jamais pourtant voir un livre encore ou y participer. En effet abandonner un livre pour autrui, pour partager, je trouve ça super. Partager la culture, la faire circuler. Mais le Bookcrossing semble plus être un coup de change ou une chasse au trésor, un peu comme les Cistes je dirais [WikipediaCistes FR]. Mais ici l’idée est de créer une bibliothèque partagée. Plutôt que de laisser dormir des livres chez soi, espérant les relire un jour, on met ses livres en commun dans une bibliothèque commune. Pour pouvoir prendre un livre il faut en mettre un autre à disposition. Même si on commence petit, cela peu vite faire “boule de neige”. Cela me fait penser à une initiative au travail. En effet pour que mon “équipe” se mette à lire, et ainsi améliorer sa qualité orthographique, d’expression dans la rédaction des courriels, j’avais constitué une bibliothèque de classiques (à mon sens) de la littérature “Geek”, en terme de Science-Fiction (la liste est très subjective et non exhaustive surtout 😉 ).

Titre Auteur ISBN
Fahrenheit 451 Ray Bradbury 978-2-07-041573-1
Chroniques martiennes Ray Bradbury 2-07-041774-3
1984 George Orwell 978-2-07-036822-8
La guerre des mondes H-G Wells
La planète des Singes Pierre Boulle
Histoires Extraordinaires Edgar Poe 2-904310-81-3
Elric le Nécromancien Michaël Moorcock 2-266-01314-9
Dune * Frank Herbert 2-266-00855-2
Dune ** Frank Herbert 2-266-00856-0
Neuromancien William Gibson 2-290-30820-X
Des fleurs pour Algernon Daniel Keyes 2-290-31295-9
Les Fourmis Bernard Werber 2-253-06333-9
L’Empereur des rats Bernard Lenteric 2-253-14480-0

 

Mon premier plaisir fût qu’un collègue contribue à cette bibliothèque en y ajoutant Bilbo le Hobbit et la trilogie du Seigneur des Anneaux de JRR Tolkien. Mon deuxième plaisir fût de les voir lire certains livres. Par exemple Bilbo et le Seigneur des Anneaux, 1984 … Bon d’accord il faudrait à mon sens que cette librairie ne soit pas dans un placard mais visible facilement en permanence, comme les livres techniques d’ailleurs.

Bibliothèque Travail

Ce que nous ne voyons pas, nous l’oublions souvent. Vous comprendrez donc pourquoi le principe de “Little Free Library” me plaît énormément. En effet après avoir construit sa propre bibliothèque, protégée des intempéries, nous mettons à disposition des livres pour les partager avec le voisinage. Et même si je ne parle pas vraiment à mes voisins … Un tel type d’échange serait à mon sens bien sympa. D’ailleurs sur le site ils vous donnent des conseils et plans pour construire votre propre librairie, et un groupe Facebook existe aussi [SiteFacebook]. Bon d’accord tout est en anglais mais en attendant une traduction, ou que cela fasse tâche d’encre, c’est déjà un très bon début. Alors si ce concept de librairie gratuite et partagée vous plaît n’hésitez pas à faire l’effort de comprendre (traduire ?) le site. Pour le moment ce concept semble surtout populaire en Amérique du Nord, comme nous pouvons le voir sur la carte ci-dessous, mais il semble aussi commencer à se répandre petit à petit.


View Little Free Library Details > Scroll Down in a larger map

Et n’allez pas imaginer qu’il ne s’agit que de petites bibliothèques. Certains ont dû agrandir les leurs tellement cela avait de succès.

Pour plus d’informations, de détails, n’hésitez pas à visiter le site de Little Free Library [Link], ou à consulter le groupe Facebook [Link]. Et si jamais vous connaissez d’autres projets de ce style, ou si le principe a été porté dans votre contrée sous un autre nom, n’hésitez pas à faire tourner l’information, à partager tout cela 🙂