[CNAM] ENG221 – Probatoire : Big Data en médecine, en smart cities…

Dans la continuité de mon précédent article sur l’entraînement à l’épreuve du probatoire, voici maintenant mon « probatoire ». Toujours sur Rhône-Alpes, nous avons reçu le sujet par courriel et avions 6 semaines pour rendre le dossier. La soutenance a pris place deux semaines après le rendu, mi-juin 2014. Mon sujet est donc arrivé par email et était rédigé ainsi :

«    Big Data en médecine, en smart cities, …. Principes, utilités, exemples et solutions. »

Je n’avais qu’une référence pour me guider sous la forme d’une URL :

Il était demandé de transmettre un plan à la fin de la première semaine. Le tuteur a aussi demandé la bibliographie. Mon conseil est donc d’avoir un fichier contenant toutes les ressources consultées par date.

Le document d’aide à la mise en page était le même que pour l’entraînement, mais je redonne le lien ci-dessous. C’est ce qui explique que la bibliographie ait la même forme.

PDF Rédaction d’OP-Version 2014

Voici maintenant le dossier tel que rendu. Pour celui-ci, en plus de  relecteurs personnels, j’ai eu l’aide de l’AE2 Rhône-Alpes où au moins/ personnes ont relu le dossier et ont transmis des remarques. Ces remarques étaient aussi bien sur le fond que sur la forme. Le probatoire ne doit pas dépasser 30 pages grands maximum. C’est la raison pour laquelle il peut sembler un peu « intense », « serré » côté contenu et mis en page. C’est une partie de l’exercice que de pouvoir être synthétique dans un nombre de pages donné.

PDF 2014_Probatoire_BigData_Galsungen

Même si certaines remarques semblent un peu dures, il faut avoir conscience que le but des membres de l’association est que nous réussissions. Et la confrontation de plusieurs points de vue est toujours intéressante pour ouvrir d’autres horizons. Une fois le document rendu, nous avons profité de l’association pour faire un entraînement avec les anciens du CNAM. Ils ont organisé deux sessions sur des samedis dans les locaux du CNAM afin que nous puissions nous entraîner. De notre côté nous étions 6 et nous sommes restés au CNAM de 8 h à 19 h. Chacun a fait un passage, avec questions, puis a eu le temps de discuter du contenu de la présentation et aussi de notre support. J’avoue que je n’ai pas toujours été d’accord avec tous les retours, mais dans l’ensemble on en retire vraiment des remarques positives pour améliorer ou modifier certaines parties. Cela nous prépare aussi à certaines remarques ou questions que nous aurons lors de la « vraie » soutenance. En tout, j’ai dû faire une dizaine d’entraînements seul chez moi, plus un au CNAM. Je répétais presque tous les jours afin de bien rôder mon discours et surtout mes transitions.

Voici ci-dessous mon document de présentation sur lequel sur je me suis appuyé lors de la soutenance.

Une question qui revient souvent est comment on a organisé son temps. À l’époque j’étais sans emploi et je pouvais donc consacrer tout mon temps à cette épreuve. Mais je dirais que les trois premières semaines sont les plus importantes. Au tout début il faut ratisser très large côté documentations. Ensuite pendant une semaine, une semaine et demie, tout lire en prenant des notes. On a alors une bonne idée de ce que couvre le secteur. Ensuite on attaque la rédaction. Pensez que vos relecteurs auront besoin de temps pour le lire et vous faire des retours. Avant de leur transmettre, j’ai relu moi même le dossier et l’ai analysé avec Antidote. Un logiciel de correction de l’orthographe/grammaire plus aboutit que celui intégré aux traitements de texte est vraiment un plus important.

Sur les 6 semaines, j’ai consacré la toute dernière à relier et à commencer à préparer ma soutenance. J’avais à peine une semaine avant la session d’entraînement avec l’AE2, j’étais donc un peu pressé ;-) Ensuite, ayant eu beaucoup de temps, je dirais que j’ai 3 semaines complètes de travail, une à un rythme bien plus léger pour souffler et enfin une où j’ai réellement soufflé, le temps que les retours me parviennent. On a vraiment la pression sur cette épreuve et il est plus qu’important de souffler, de prendre le temps de respirer, de s’aérer, de se détendre. J’espère que cet article sera utile à certains qui vont attaquer cette épreuve et courage à vous :)

[CNAM] ENG221 : Dossier et soutenance d’entraînement au probatoire : Impression 3D

Dans le cadre de l’unité d’enseignement ENG221 (Information et communication pour l’ingénieur) du CNAM, et qui se termine par l’épreuve dite du « probatoire », j’ai été amené à réaliser un dossier d’entraînement en 15 pages maximum, sur un sujet au choix, avec soutenance d’entraînement. Bon cela va faire un an que je l’ai fait, mais je me suis dit que cela pourrait aider ou éclairer certains que de partager mon travail, ma façon de le faire. Après pas mal de réflexions pour trouver un sujet, je m’étais orienté sur l’impression 3Dafin d’en faire un état des lieux. Voici ci-dessous le dossier que j’ai rendu.

PDF20140116_Impression3D_Galsungen_ENG221

Certaines parties du style peuvent surprendre, comme pour les références bibliographiques dans le texte. Cela nous était imposé, voici ci-dessous le document qui nous guidait sur ces parties.

 PDFRédaction d’OP-Version 2014

Ce travail a donc été réalisé à l’hiver 2013 pour une soutenance en janvier 2014. Voici ci-après la présentation sur laquelle je me suis appuyé lors de la soutenance. Mon dossier ayant été très fourni avec peu d’illustrations, j’avais fait le choix de pallier ce point dans la soutenance. À noter que les annexes étaient là pour répondre aux questions (et elles ont d’ailleurs été toutes utilisées). L’exercice de prévoir les questions afin de s’y préparer n’est pas forcément toujours évident.

Pour l’entraînement à la soutenance, j’ai dû répéter une dizaine de fois, seul. Je n’ai pas eu le temps de répéter avec un public pour cet entraînement, mais je dirais qu’il est vraiment important de connaître son discours par cœur ou presque, non pas pour réciter mot pour mot, mais pour pouvoir avoir un discours qui s’enchaîne bien. Je n’ai jamais du formuler une phrase de la même façon entre deux entraînements, mais le fond restait le même et c’est le plus important. Le but était aussi de bien travailler les transitions.

Autre conseil par rapport à l’écrit, faites-vous relire par un maximum de personnes. De mon côté 5 personnes ont eu la gentillesse de me relire et malgré cela il restait des fautes. Par la suite (pour le probatoire), j’ai pu utiliser le logiciel Antidote et cela a bien aidé sans pour autant annuler le besoin de relecteurs. En plus d’une correction de l’orthographe, de la grammaire, ils peuvent apporter des questions sur des points précis ou des tournures de phrase. Important donc :)

Cet exercice s’est fait au CNAM de Lyon en Rhône-Alpes. Il n’est pas forcément le même dans toutes les régions, néanmoins j’espère qu’il pourra être utile à certains. Sinon cela vous offre quand même un bon résumé de l’impression 3D pour voir où cela en était il y a un an ou pour découvrir ce sujet :)

[Animé] Hikaru No Go

Image des personnages de Hiaru No Go avec le titreInformations :

Titre original : Hikaru No Go
Années de production : 2001 – 2003
Studios : Studio Pierrot, Shueisha
Genres : Familial & Jeunesse, Fantastique & Mythe, Historique, Sport
Auteurs : Hotta Yumi, Obata Takeshi
Volumes, type & durée : 75 épisodes de 25 mins + 3 OAV + 2 spéciaux

Synopsis :

Le jeune Shindo Hikaru est un garçon comme les autres, qui pense plus à jouer qu’à travailler à l’école. Ses parents lui ayant suspendu son argent de poche, nous le découvrons fouillant un grenier (ou une remise) appartenant à son grand-père, afin d’y trouver des objets à vendre. Il va y trouver un plateau de jeu de Go (un goban) qui est hanté par l’esprit de Fujiwara-no-Sai, un joueur et instructeur de Go de l’époque Heian, obsédé par la recherche du coup divin. Si initialement, Hikaru n’aime pas particulièrement le Go, la cohabitation avec cet esprit obsédé par ce jeu va le forcer à jouer et à apprendre à aimer ce jeu, en faisant son avenir, sa passion, au gré des rencontres, des adversités et des parties.

Image de Sai et Hikaru devant une table de jeu de Go avec une partie en coursAvis personnel :

J’avais déjà entendu parler du jeu de Go voici bien longtemps, sans jamais vraiment m’y intéresser. Quand on m’a parlé de cet animé, j’ai commencé à regarder plus par curiosité qu’autre chose. Et je me suis vraiment laissé prendre au jeu. J’ai littéralement  dévoré les épisodes. Bon je me suis contenté de la version animée et non pas du manga originel (format papier). On se prend bien d’affection pour les différents personnages, que ce soit Hikaru, Sai, ou les autres comme Akira, Waya… Tous aident Hikaru à grandir et à avancer dans cette passion. Il est aussi impressionnant de voir comment on peut se passionner (comme on le trouve bien « cool »), par un jeu qui est normalement assez calme, demandant de la réflexion. J’ai aussi bien aimé les petits tutoriels en fin d’épisodes, expliquant les règles du Go.

Dans l’histoire, une fois les animés terminés, je me suis renseigné sur le prix d’un jeu, sur des ouvrages pour apprendre… Mais pour commencer à moindres frais je me suis rabattu sur deux applications android qui permettent une première initiation rapide. Je ne sais pas si j’aurais une fibre pour ce jeu, ne l’ayant pas forcément eu pour les échecs ;), mais j’apprécie d’en connaître les règles et de mieux le comprendre. Pour revenir à cet animé, je le recommande, car il se laisse bien regarder, autant par la trame de l’histoire, que par les personnages et par le rythme des parties de jeux de Go.

Liens :

  • Hikaru No Go
  • Jeu de Go (pour apprendre ou jouer)
    • jeu de Go .org : Déjà cité ci-dessus pour leur page sur Hikaru No Go, ce site propose aussi des tutoriels pour apprendre à jouer et de nombreuses ressources pour trouver plus de documentations, associations, logiciels… Et le tout en français pour ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais :-)
    • Pandanet – Internet Go Server (IGS) : Un site sur le monde du Go avec des actualités en temps réel, des applications pour jouer en ligne contre d’autres joueurs et bien d’autres informations ou liens. En anglais.
    • The KGS Go Server : Autre gros serveur avec l’IGS, parmis les plus connu, surtout en occident, pour s’informer et surtout jouer au go.
    • The Go Teaching Ladder : Des leçons pour apprendre le Go, mais aussi la possibilité de « review » de vos parties afin de profiter de l’analyse de joueurs plus avancés. En anglais.
    • World Go : Site cité dans l’animeetexistant. On peut normalement y jouer au Go en ligne contre d’autres joueurs, mais il y a surtout un bon guide pour apprendre (en anglais)
  • ApplicationsAndroid
    • Go (Baduk) : Application contenant une leçon évolutive du jeu de Go. Simple à prendre en main et à suivre, mais en anglais :-)
    • Go Free : Une application pour joueur au Go contre l’IA de la machine ou contre des joueurs en ligne.
    • plus (+) : bien d’autres applications pour le jeu de Go sont disponibles via diverses recherches ;)

Il existe bien sûr bien d’autres sites, livres, associations ou applications (sur smartphone ou ordinateur) pour à jouer ou apprendre à jouer au Go. Ce ne sont là que ce que j’ai découvert pour le moment, ou que j’ai pu tester un petit peu. N’hésitez pas à partager plus d’informations sur ce sujet dans les commentaires si vous le souhaitez :-)

Image de Hikaru et Sai, Hukaru tendant la main avec un pion de Go comme pour le poser Aparté :

Le jeu de go est plus connu en Asie mais joué mondialement. Il a beaucoup de succès en Chine (pays d’origine), en Corée ou au Japon par exemple. N’hésitez pas à creuser un peu le sujet pour mieux comprendre ce jeu et cet univers.

A noter aussi que les Kifu (enregistrements de jeux de Go) existent aussi sous forme d’applications ou de vidéos sur Youtube.  Par exemple cette vidéo explicative (en anglais) d’une partie entre Go Seigen et Fujisawa Kuranosuke en 1953. Le site « Go Commentary » et sa chaine Youtube en sont donc un bon exemple.

Photo d'un plateau de jeu de Go avec une partie en cours, les pions et une horloge.

Quelques nouvelles…

Eh oui, voici bien longtemps qu’il n’y a pas eu de publication… Plus d’un an et demi. Il faut dire que les deux dernières années ont été plus qu’intenses et difficiles. Cela s’est conclu par une rupture avec mon ancienne entreprise en début d’année. Et bien que j’ai eu du temps alors, j’ai eu besoin de faire le point, de souffler. De plus, arrivant sur la fin du cursus ingénieur au CNAM, je me suis consacré sur l’épreuve du probatoire et sur la possibilité d’avoir un stage pour le mémoire final. Autant dire que je n’ai pas chômé ;-)

J’ai toujours une liste de sujets dont je parlerai bien à l’occasion, de nouvelles idées, des mises à jour d’articles… Il faudrait juste que je prenne le temps de le faire.

Je voulais, passer un temps, modifier un script JavaScript qui permettait d’afficher le contenu de mes dépôts GitHub afin de mieux partager mon travail personnel sur certaines UE du CNAM, mais je n’ai pas abouti, ne prenant pas le temps de le faire à fond. Je partagerais peut-être un peu plus ces projets, bien qu’ils soient déjà en liens à droite, dans le plug-in d’affichage des dépôts GitHub. De même, il me faudrait retravailler mon dossier de probatoire (ENG221) et mon travail d’entraînement pour les anonymiser et les mettre à disposition. Je pense que cela pourrait être intéressant pour d’autres auditeurs du CNAM. Enfin beaucoup de projets et l’absence du don d’ubiquité n’aident pas ce blog ou du moins l’ajout de contenu ;-)

Depuis début septembre je suis en Stage pour mon mémoire d’ingénieur du CNAM au département Mathématiques et Informatique de l’École Centrale de Lyon, au sein d’un laboratoire du CNRS. Mon sujet est le suivant : « Brain Computer Interaction (BCI) : étude des dispositifs, installation et mise en œuvre d’un POC (proof of concept) ».

En clair, je dois étudier, dans le cadre d’une unité de recherche travaillant sur les IHM (Interfaces Homme-Machine), l’état de l’art et les possibilités offertes par les technologies de lecture des ondes cérébrales pour interagir avec notre environnement (informatique, électronique…). Pouvoir contrôler son ordinateur ou un personnage de jeu vidéo uniquement par la pensée, en s’affranchissant du clavier et de la souris, par exemple. Si vous voulez mieux comprendre cette technologie, Wikipedia offre un point de départ correct (FrançaisAnglais). De quoi bien occuper mes journées donc, et ce jusqu’à fin mai. J’espère pouvoir soutenir en juin 2015 et ainsi valider mon diplôme d’ingénieur. Il est très plaisant d’être sur la dernière marche, mais elle n’en reste néanmoins pas moindre à gravir !  Autant dire que je ne vais pas chômer cette année.

Et donc pour me détendre et m’aérer l’esprit, je suis plus souvent sur des jeux vidéos le soir. J’ai repris une activité plus importante de ce côté depuis un peu plus d’un an. D’abord avec des titres comme DayZ Mod, DayZ SA, Arma 2, puis j’ai découvert Minecraft, Borderlands 2, Plague Inc, Banished, Hoard… Actuellement je joue surtout à World of Tanks (WOT). De quoi « occuper/perdre » de nombreuses heures, mais aussi se détendre, prendre du temps pour soi. Et si vous me cherchez, mon pseudo reste le même que ce soit sur Steam ou WOT, Galsungen, donc n’hésitez pas :-)

Je tenais à clarifier un peu le « pourquoi » du manque d’activité, de publications. Je passais quand même régulièrement, au moins pour enlever les toiles d’araignées, pousser un peu la poussière, mais je restais dans l’arrière boutique, côté maintenance du serveur, administration, plutôt que de venir du côté de la vitrine. C’est chose faite en tout cas. Je vais essayer de publier quelques articles dans les temps à venir (j’en ai surtout un en préparation), mais je ne fais aucune promesse pour autant. Bon automne à tous, et je vous quitte avec une chanson m’ayant plu récemment (en souvenir d’un temps ou j’intégrais souvent des humeurs musicales ;) ).

Meilleurs Vœux 2014

Et une nouvelle année qui commence. Peu d’articles sur sa deuxième moitié suite à un été chargé et à une reprise du CNAM sur les chapeaux des roues. Beaucoup de temps consacré aux cours et à divers projets personnels, mais je n’oublie pas le blog pour autant. J’espère que cette année qui s’achève vous a été agréable et profitable et je vous souhaite une bonne et heureuse année 2014. Tous mes voeux de bonheur et de réussite tant professionnelle que personnelle.

Image de voeux 2014

Et pour le blog j’espère que je pourrais prendre le temps d’écrire de nouveaux articles afin de continuer à partager par ce biais.